Newsletter du Vendredi 17 Juillet 2020
 
CKOMM
 
L'EDITO
 
Cette semaine, un nouvel « incident » industriel a frappé l’Iran, et que certains experts attribuent aux Etats-Unis et Israël. Touché de plein fouet par une résurgence du coronavirus, l’Etat hébreu a rétabli des mesures de confinement tandis que les manifestations de mécontentement se multiplient dans le pays contre le gouvernement.
 
Un incendie s’est déclenché mercredi sur un chantier naval du port de Bouchehr dans le sud-ouest de l’Iran, endommageant plusieurs bateaux en construction sans toutefois faire de victime, selon des médias locaux. Selon Iribnews, le site internet de la télévision d’Etat, « un incendie de grande ampleur a frappé l’usine de bateaux de Delvar Kachti Bouchehr », couvrant le sud de la ville d’une épaisse fumée noire. Le site de l’audiovisuel public a publié des images montrant un camion de pompiers et plusieurs hommes pulvérisant de l’eau sur au moins trois navires de pêche typiques du sud de ...
 
 
 
 
COMMUNIQUÉ EIPC
 
 
REPLAY
 
Il y a quelques semaines, Katharina Von Schnurbein, coordinatrice de l'Union Européenne pour la lutte contre l'antisémitisme, était invitée par ELNET à participer à une visioconférence sur l'avenir des communautés juives d'Europe.

Retrouvez la visioconférence ici :
 
 
 
ARCHIVES
 
Il y a cinq ans, était signé l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien

Le 14 juillet 2015, un accord sur le nucléaire iranien était signé par les P5 + 1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies — États-Unis, Russie, la Chine, la France et le Royaume-Uni — auxquels s'ajoute l'Allemagne), ainsi que l'Union européenne) et la République islamique, après douze années d'âpres négociations. L’Iran acceptait de mettre un terme à son programme nucléaire en échange de promesse d’une levée des sanctions internationales qui devaient permettre de relancer son économie.
Le 8 mai 2018, le président américain Donald Trump annonce le retrait des États-Unis de l'accord de Vienne ainsi que le « niveau le plus élevé de sanctions économiques possibles » contre l’Iran. La République islamique s'en affranchit également le 5 janvier dernier, suite à l'assassinat du général Ghassem Soleimani et refuse de s'imposer plus de limites pour l’enrichissement d’uranium.
 
 
 
 
INFOGRAPHIE
 
Mercredi 15 juillet, un incendie a endommagé au moins sept navires dans un chantier naval en Iran, selon des informations locales. L' « incident » s'est produit dans une usine de construction à Bushehr, à proximité d'une centrale nucléaire et fait suite à une série d'"accidents" mystérieux similaires dans plusieurs régions ces dernières semaines, donnant lieu à de nombreuses spéculations.
Deux jours plus tôt, une explosion a été signalée dans un complexe industriel gazier dans à Fariman dans la province de Khorasan, a rapporté Al Jazeera.
L’Iran a admis que l’explosion sur le site de Natanz survenue au début du mois de juillet avait fait reculer son programme nucléaire, possiblement de plusieurs mois. Malchance ou actes de sabotage ? Plusieurs experts se questionnent sur les probabilités d’une telle succession de coïncidences. Fortement touché par la COVID-19, déstabilisé par des divisions politiques internes et affligé par les sanctions économiques, l’Iran se trouve actuellement en position de vulnérabilité.
 
 
 
 
 
 
Facebook
Twitter
LinkedIn
 
 
ELNET
European Leadership Network
 
Cet email a été envoyé à lcohen@ckomm.fr.
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit sur la base de données d'ELNET
 
 
 
© 2020 ELNET